Poésies posthumes

2,600.00 

Te voilà revenu, dans mes nuits étoilées,
Bel ange aux yeux d’azur, aux paupières voilées,
Amour, mon bien suprême, et que j’avais perdu !
J’ai cru, pendant trois ans, te vaincre et te maudire,
Et toi, les yeux en pleurs, avec ton doux sourire,
Au chevet de mon lit, te voilà revenu.

Eh bien, deux mots de toi m’ont fait le roi du monde,
Mets la main sur mon coeur, sa blessure est profonde ;
Élargis-la, bel ange, et qu’il en soit brisé !
Jamais amant aimé, mourant sur sa maîtresse,
N’a sur des yeux plus noirs bu la céleste ivresse,
Nul sur un plus beau front ne t’a jamais baisé !

Alfred de Musset, Poésies posthumes. (1810-1857).

La beauté d’une photographie se constitue grâce à trois angles primordiaux : le cadre, la luminosité et son. Poésies posthumes. Œuvre de Gokhan Altintas Photography avec sa Muse Elora Carmen Delapierre réalisée dans ses ateliers de Versailles.

Te voilà revenu, dans mes nuits étoilées,
Bel ange aux yeux d’azur, aux paupières voilées,
Amour, mon bien suprême, et que j’avais perdu !
J’ai cru, pendant trois ans, te vaincre et te maudire,
Et toi, les yeux en pleurs, avec ton doux sourire,
Au chevet de mon lit, te voilà revenu.

Eh bien, deux mots de toi m’ont fait le roi du monde,
Mets la main sur mon coeur, sa blessure est profonde ;
Élargis-la, bel ange, et qu’il en soit brisé !
Jamais amant aimé, mourant sur sa maîtresse,
N’a sur des yeux plus noirs bu la céleste ivresse,
Nul sur un plus beau front ne t’a jamais baisé !

Alfred de Musset, Poésies posthumes. (1810-1857).

La beauté d’une photographie se constitue grâce à trois angles primordiaux : le cadre, la luminosité et son. Poésies posthumes. Œuvre de Gokhan Altintas Photography avec sa Muse Elora Carmen Delapierre réalisée dans ses ateliers de Versailles.

Appareil photo
Condition météorologique
Couleur de cheveux
Eyes colour
Plan de photographie
Type anthropologique
Type de photographie
Couleurs

Blanc, Jaune, Noir

Modèle

Elora Carmen Delapierre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Poésies posthumes”