My Bohemian

$1.573,00

I walked away with my fists in my punctured pockets;
My overcoat also became ideal;
I was going under the sky, Muse! and I was your fae;
Oh ! Dear ! how many splendid loves I have dreamed of!

My only panty had a large hole.
– Little-thumb dreamy, I was racing
Rhymes. My hostel was in Grande-Ourse.
– My stars in the sky had a soft rustle

And I listened to them, sitting by the side of the roads,
Those good September evenings when I felt drops
With dew on my forehead, like a wine of vigor;

Where, rhyming in the midst of fantastic shadows,
Like lyres, I pulled the rubber bands
Of my injured shoes, one foot close to my heart!

Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)

The beauty of a photograph is made up of three essential angles: the frame, the brightness and the sound. My Bohemian. Work by Gokhan Altintas Photography made with his muse Natalya Kushnir on the banks of the Seine in Paris.

I walked away with my fists in my punctured pockets;
My overcoat also became ideal;
I was going under the sky, Muse! and I was your fae;
Oh ! Dear ! how many splendid loves I have dreamed of!

My only panty had a large hole.
– Little-thumb dreamy, I was racing
Rhymes. My hostel was in Grande-Ourse.
– My stars in the sky had a soft rustle

And I listened to them, sitting by the side of the roads,
Those good September evenings when I felt drops
With dew on my forehead, like a wine of vigor;

Where, rhyming in the midst of fantastic shadows,
Like lyres, I pulled the rubber bands
Of my injured shoes, one foot close to my heart!

Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)

The beauty of a photograph is made up of three essential angles: the frame, the brightness and the sound. My Bohemian. Work by Gokhan Altintas Photography made with his muse Natalya Kushnir on the banks of the Seine in Paris.

Weather condition
Eyes color
Anthropological type
Hair color
Colors

Black, Blue, Green, White

Model

Natalya Kushnir

Photography plan
Type of photography

7 reviews for My Bohemian

  1. Agathe

    j’ai besoin d’aide pour répondre à des questions sur ce poème:

    1 De quoi le poème parle-t-il?

    2 Comment pouvez-vous justifier ce que vous avez compris?

    3 A votre tour, évoquez un lieu qui vous enchante et vous rend joyeux.

  2. Agathe

    Long et peu compréhensible à 12 ans.

  3. Dominique

    Comme beaucoup, ceux qui ont eu le bonheur d’étudier ce poème restent fascinés par la puissance et le sens des mots. Indélébile dans ma mémoire, je me le récite à l’envi tellement il évoque le voyage, la rencontre, la recherche de la liberté et la plénitude. Quel jeune poète de génie !

  4. Salomé

    Quel poème merveilleux, une époque, un enfant, une innocence, une joie totale dans ce que nous appellerions « misère », mais le bonheur à l’état pur. Un diamant si pur, si clair, ne pouvait être écrit que par Rimbaud. Chaque fois que je le lis, mon cœur s’emballe, mon souffle se coupe et quelque chose me prend aux tripes, comme s’il parlait directement à travers moi. C’est cela, écrire comme personne ne peut écrire : vos phrases vous font revenir.

  5. Mathys

    Arthur Rimbaud est l’un des seuls poètes que j’aime bien dans ceux que l’on étudie en classe. Sinon, nous étions Baudelaire, donc drogue, poison, sexe, horreur… Cela fait du bien de voir un peu de positif !

  6. Emmanuel

    Un pied près de mon cœur est une allusion sexuelle. Voir les études d’Etiemble et lire pour s’en convaincre la pièce anticléricale « un cœur sous une soutane ». Pour pouvoir refermer les lacets de ses souliers il doit ramener son pied près de son cœur. Les poèmes de Rimbaud de cette période se terminent souvent par une chute brutale (ex. Le Dormeur du Val).

  7. Délicieuse Marie

    Cocojade, Non, en fait, c’est plus subtil : Rimbaud ne parle pas du « pied » pour marcher ! Il désigne en fait le « pied », qui est une unité rythmique en poésie (l’équivalent des syllabes, je crois). Jeu de mot…

Show only reviews in English (0)

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *