Ce long poème que l’on écrit soi-même

$3,200.00

L’âme a des étapes profondes.
On se laisse d’abord charmer,
Puis convaincre. Ce sont deux mondes.
Comprendre est au-delà d’aimer.

Aimer, comprendre : c’est le faîte.
Le Coeur, cet oiseau du vallon,
Sur le premier degré s’arrête ;
L’Esprit vole à l’autre échelon.

À l’amant succède l’archange ;
Le baiser, puis le firmament ;
Le point d’obscurité se change
En un point de rayonnement.

Mets de l’amour sur cette terre
Dans les vains brins d’herbe flottants.
Cette herbe devient, ô mystère !
Le nid sombre au fond du printemps.

Ajoute, en écartant son voile,
De la lumière au nid béni.
Et le nid deviendra l’étoile
Dans la forêt de l’infini.

Recueil : Les chansons des rues et des bois (1865). Victor Hugo

La beauté d’une photographie se constitue grâce à trois angles primordiaux : le cadre, la luminosité et son. Ce long poème que l’on écrit soi-même. Œuvre de Gokhan Altintas Photography réalisée avec la belle Lucie Jan une douce nuit d’hiver dans un domaine privé à Deauville.

L’âme a des étapes profondes.
On se laisse d’abord charmer,
Puis convaincre. Ce sont deux mondes.
Comprendre est au-delà d’aimer.

Aimer, comprendre : c’est le faîte.
Le Coeur, cet oiseau du vallon,
Sur le premier degré s’arrête ;
L’Esprit vole à l’autre échelon.

À l’amant succède l’archange ;
Le baiser, puis le firmament ;
Le point d’obscurité se change
En un point de rayonnement.

Mets de l’amour sur cette terre
Dans les vains brins d’herbe flottants.
Cette herbe devient, ô mystère !
Le nid sombre au fond du printemps.

Ajoute, en écartant son voile,
De la lumière au nid béni.
Et le nid deviendra l’étoile
Dans la forêt de l’infini.

Recueil : Les chansons des rues et des bois (1865). Victor Hugo

La beauté d’une photographie se constitue grâce à trois angles primordiaux : le cadre, la luminosité et son. Ce long poème que l’on écrit soi-même. Œuvre de Gokhan Altintas Photography réalisée avec la belle Lucie Jan une douce nuit d’hiver dans un domaine privé à Deauville.

Appareil photo
Condition météorologique
Couleur de cheveux
Couleur de yeux
Plan de photographie
Type anthropologique
Type de photographie
Couleurs

Blanc, Noir, Rouge

Modèle

Lucie Jan Martin

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “Ce long poème que l’on écrit soi-même”

Your email address will not be published.